logo
trait
>> Bienvenue sur Brokendolls.org, webzine dark-ambient, neofolk & classical, orchestral, bombastic, musique rituelle et éthérée..

>> Prochains concerts et festivals

trait
trait
minipost Troum/Drone Records - Martin Gitschel et Stefan Knappe - par Hallu (le 02-12-2007 à 18:19)
Voici enfin l'interview de Troum et Drone Records. Pour la première partie, ce sont les deux membres, Glitsch & BarakaH, qui répondent ensemble, tandis que pour le label Drone Records, seul BarakaH est aux commandes.

PARTIE TROUM

1) Après 10 ans à officier en tant que Maeror Tri et 8 ans en tant que Troum, quel est votre sentiment en ce qui concerne la musique en général ? Avez-vous la même passion, la même envie de composer et d'expérimenter de nouvelles choses ?

Non, malheureusement c’est différent. Quand tu es jeune et que tu expérimentes avec les sons, c’est très excitant, tu découvres de grandes choses presque à chaque fois.
Et tu crois que chaque bruit que tu fais est génial, puisque cela sonne nouveau à tes oreilles. Maintenant la passion est toujours là, mais c’est une passion plus conventionnelle, nous sommes beaucoup plus critiques et tatillons envers ce que nous faisons. Mais peut-être est-ce un aboutissement logique et voulu quand tu travailles sur la musique à partir de bases plus „professionnelles“, tu dois évoluer.
Le son en lui-même reste quelque chose de „sacré“ – mais il s’agit plus d’une question de perception et de conscience. Tu peux toujours trouver de grands sons et de grands moments dans n’importe quel phénomène acoustique (la nature, les sons artificiels, la musique, etc...).


2) Je crois que vous étiez les premiers à composer de la drone ambient à partir d’instruments réels. Comment vous est venu cette idée ? Le but était-il de montrer un aspect plus organique de l’ambient sans utiliser d’ordinateurs ou d’électronique ?

Je pense que nous n’étions pas les premiers, mais en effet dans la scène „post-industrielle“ dans laquelle nous évoluions, cela avait rarement été fait. Ce n’était pas vraiment une idée préconçue, c’était plus basé sur les circonstances et les conditions dans lesquelles nous étions. Nous n’avions pas beaucoup d’argent pour acheter du bon matériel électronique, donc nous avons expérimenté des choses avec un enregistreur radio bon marché et d’autres trucs assez merdiques trouvés ici et là. Tout est parti de là, utlisant alors de „vrais instruments“ et de „vrais effets sonores“.
Mais il n’y avait pas (ou du moins pas au début) de vrai concept derrière cela, c’était plutôt : essayer de faire du bruit car tu ressens que c’est ce que tu dois faire.
Et nous avons d’ailleurs vraiment utilisé des synthés au tout début quand nous pouvions nous les payer, mais après un moment ce fut ennuyeux et nous les avons vendus... donc, comme souvent dans l’histoire, ce qui devait arriver arriva, et si tu regardes avec du recul, tu as l’impression que cela prend tout son sens dans le développement global de nos idées.


3) Selon vous, quel est votre meilleur accomplissement à ce jour ? (quel album, ou peut-être quel concert)

Comme d’habitude : notre prochain projet !
Non, en fait c’est assez difficile à déterminer, tu prends de l’âge avec tes créations, quand tu les rassembles elles semblent importantes, puis tu évolues et tes compositions changent à nouveau, ainsi que ton point de vue sur tes anciens travaux.
En ce moment nous considérons que notre nouvel album AIWS est notre meilleur travail à ce jour, l’an dernier c’était la collaboration avec MARTYN BATES „To A Child Dancing In The Wind“, nous avons beaucoup travaillé pour ces deux projets, et il nous a fallu plusieurs années pour les terminer.
En ce qui concerne nos débuts, plus „sombres“, ce pourrait être RYNA ou MNEMONIC INDUCTION, au niveau rythmique, ce serait TJUKURRPA 3 ou DARV ESH, et au niveau émotionnel, sans doute TJUKURRPA 1 ou SYMBIOSIS.
En général composer de la bonne musique avec un équipement assez pauvre (et aussi avec nos piètres compétences) est quelque chose qui nous enchante.
Pour les meilleurs concerts : Warszawa 1999, Limoges 2001, Dublin 2003, Moscou 2006, Brainwaves-Festival (Boston) 2006.


4) Lorsque vous composez un album ou un morceau, l’improvisation est-elle une grosse composante ? Laissez-vous la musique vous envahir, ou avez-vous des idées et un schéma précis ?

Cela peut différer, mais en général on travaille à partir de quelques phrases musicales ou quelques fragments que nous enregistrons au préalable. L’improvisation n’est plus une grosse composante comparé à plusieurs années auparavant. En général nous avons besoin d’une „ligne de conduite“ (une mélodie à la guitare, un bon drone, ou un enregistrement de terrain) et tout part de là.





5) Le cercle semble être une grosse partie de la philosophie, la musique, ou les artworks de Troum. D’où cela provient ? Quels types de cultures, religions, ou doctrines vous fascine et vous influence dans votre musique ? Voyagez-vous beaucoup pour posséder de telles influences ?

La spirale (ou les cercles) ont tant de significations différentes dans les cultures ou les religions, nous ne l’associons pas à quoi que ce soit de spécifique.
Ce qui nous fascine est que la spirale est un symbole très basique et ancien, elle représente la faculté d’aller à „la source“ de quelque chose.


6) Selon vous, quels sont les meilleurs artistes ambient du moment ? Y en a-t-il avec qui vous souhaiteriez collaborer dans un futur proche ?

Nous n’aimons pas les classements, ils ne peuvent jamais rendre justice à la musique ou à une oeuvre d’art. Ce que j’aime (BarakaH) personnellement, tu peux le trouver dans la mailorder Drone Records, donc dans ce que je vends, ou dans ce que je release chez Drone Records ou Substantia Innonimata. Pour Martin c’est la même chose. Nous avons beaucoup de collaborations prévues ou en cours, avec REUTOFF, AIDAN BAKER, CISFINITUM, URE THRALL, RAISON D'ETRE, c’est une manière de travailler que nous aimons car nous pouvons explorer de nouveaux domaines.


7) Vous donnez beaucoup de concerts en Europe de l’Est, pourquoi selon vous n’y a-t-il pas autant de fans d’ambient en Europe de l’Ouest ? Par exemple en France nous pouvons à peine réunir 100 personnes pour un concert d’Inade, malgré le fait que nous ayions beaucoup d’artistes et de labels ambient.

Peut-être est-ce parce qu’après la chute du mur de Berlin et de l’URSS les habitants de l’Europe de l’Est sont plus ouverts d’esprit envers les cultures et expressions „expérimentales“, puisqu’ils ont besoin de définir un nouveau train de vie et de surmonter l’ancien, sans avoir à assimiler le capitalisme à grande vitesse et ce qu’on appelle les cultures occidentales. En Europe de l’Ouest beaucoup de gens sont réticents envers tout ce qui touche à l’expérimental. Pourquoi expérimenter puisqu’ils veulent garder le même train de vie. Peut-être est-ce un problème de ressentiment envers tout ce qui touche au „nouveau“.


8) Quels sont vos futures projets ? Avez-vous un nouvel album en préparaton ? Equations Records va bientôt sortir une réédition de „Sen“ sur vinyl, était-il difficile de séparer un morceau unique de 60 minutes à cause du format ? Avez-vous travaillé les transitions pour qu’elles soient plus naturelles ?

Nous venons de sortir un tout nouveal album CD sur notre propre label Transgredient nommé AIWS. C’est le premier véritable album longue durée depuis bien des années, et ils contient nos morceaux favoris de ces derniers temps, toujours enregistrés de manière analogique (avant que notre machine 8-pistes ne tombe totalement en panne). Il s’agit donc de notre „dernier enregistrement analogique“.
Pour le reste, il y a en effet la réédition de SEN (en double LP) sur Equation, que nous avons conservé tel quel (nous voulons montrer la musique tel qu’elle était lors de sa première sortie) et un nouvel EP 7“ nommé NARGIS sur Viva Hate Records de Berlin.
Cette année (2007) devrait aussi être l’année d’une compil réunissant de vieux morceaux sortis sur compilations chez Small Voices (intitulé SYMBALLEIN), et la réédition de vinyls 10“ LJUBIMAYA et DAUR chez Abgurd.
Et nous travaillons aussi sur un album complet pour Beta-Lactam Ring Records et espérons le finir bientôt aussi... le titre n’est pas encore définitif.





9) Même si vous êtes devenus une référence dans le domaine de la dark ambient, il y a peu de groupes qui composent de la drone ambient avec des guitares comme vous le faites, alors que l’on peut trouver des tonnes de clônes de Lustmord ou Raison D’être. Comment expliquez-vous cela ? Est-ce car il est plus difficile de composer comme vous le faites que d’utiliser des ordinateurs et des équipements électroniques ?

Oui, peut-être que les gens pensent que les guitares sont plus limitées (ce qui n’est pas vraiment le cas). Nous pensons plutôt qu’utiliser un sampler ou un synthé limite les possibilités, car cela s’entend lorsque quelqu’un utilise un sampler.
C’est sûrement aussi car nous avons toujours écouté de la musique basée sur les guitares quand nous étions jeunes, et pas vraiment des musiques purement électroniques.


PARTIE DRONE RECORDS


10) Passons désormais à des questions sur le label Drone Records. Comment t’est venue l’idée de ne sortir que des 7“ ? Le but était-il de promouvoir de nouveaux artistes inconnus sur un format court ? Comment sélectionnes-tu les artistes Drone Records ? Les rencontres-tu toujours en vrai ?

Non, il y a beaucoup d’artistes que je n’ai jamais rencontrés, évidemment, car ils proviennent du monde entier. Ce qui signifie que le label est aussi basé sur l’échange de courrier et l’échange d’idées par cassettes interposées, ce n’est absolument pas un projet „régional“.
J’ai toujours adoré le vinyl et le format 7“ et j’ai en effet pensé que ce serait l’idée pour explorer quelque chose de nouveau. Jouer un 7“ peut presque être un rituel.
Pour être sélectionné comme un artistre Drone, je mets en avant ces qualités :
Une musique frappante et émotionnelle, non basée sur des clichés ou des sons banals, un bon concept global (nom, titres, philosophie qu’il y a derrière), un petit univers personnel en fait !


11) Penses-tu que le vinyl sonne toujours mieux que les CDs ? De plus, grâces aux packagins élaborés et aux vinyls colorés, penses-tu que c’est un début pour lutter contre le téléchargement et le p2p ? Penses-tu que le p2p est mauvais pour les labels de musique underground ? Ou est-ce un bonne chose pour créer une communauté de gens qui finalement achèteront ce qu’ils téléchargent ?

Oui je pense que le vinyl sonne toujours mieux que le CD. Les fondements n’ont pas changé, un CD sonne toujours plus „stérile“, les différentes couches sonores d’un morceau sont isolées au lieu de former un „tout“. Pour certains styles de musique cela peut cependant être un avantage.
Je ne pense pas que dans l’underground expérimental il y a une réelle lutte contre le téléchargement. C’est une si petite scène (mais mondiale), et beaucoup d’auditeurs veulent le produit entier avec le packaging, le voir comme une oeuvre d’art.
Je pense même qu’il est bon que la musique expérimentale se probage mieux grâce au téléchargement gratuit, la chose principale pour moi est que cette musique si différente du reste puisse rassembler plus de gens.
C’est une musique très existentielle, ou comme je le dis, „non distractive“, cela ne fonctionne pas comme la pop ou le rock qui te mettent dans un état superficiel de bonne humeur ou te procurent une bonne ambiance pour boire, travailler ou quoi que ce soit.
Je pense que plus de gens pourraient explorer les expériences profondes que tu peux avoir en écoutant des sons „purs“ ou des musiques comme le Drone.
Il y aura toujours des collectionneurs de packagings faits main etc... donc d’un point de vue global internet n’est pas néfaste du tout pour la musique underground, c’est plutôt une bénédiction, grâce aux échanges sur le net et l’accès à la musique...





12) Drone Records est devenu une référence dans le domaine de la Drone Ambient, pensais-tu que cela finirait ainsi quand tu as débuté ? As-tu songé à sortir des albums complets, pas uniquement ceux de Troum, peut-être au format double LP ?

Non, je ne m’attendais pas à ce genre de „succès“ pour Drone Records, même si je me rends compte que c’est toujours une petite scène comparé aux autres „genres". Mais en effet, lorsque j’ai débuté le label début 1993 la notion de „Drone“ n’était pas vraiment commune ou utilisée dans les descriptions, même sur la scène expérimentale (le terme de „ambient industrielle“ était plus souvent utilisé). Cela a vraiment changé, il semble que tous ceux qui s’intéressent à un genre de musique plus spécialisé connaissent et utilisent le terme de „Drone“ dorénavant.
Je n’ai pas planifié de sortie d’albums sur vinyl pour l’instant, surtout à cause de manque de temps. Peut-être que cela changera.
Mais j’ai lancé fin 2005 une sous section 10“ nommé SUBSTANTIA INNOMINATA, qui possède un concept radicalement différent de DRONE, et qui est vraiment dédiée au format 10“ que j’adore également (j’adore les trois formats vinyl d’ailleurs eh eh).
SUBSTANTIA INNOMINATA pose son attention sur le contenu, mais selon une manière paradoxale. Les artistes qui participent sur ce projet travaillent sur l’inconnu et l’indéfinissable, selon leur propre point de vue.
Ce que nous savons en tant qu’hommes du monde et de nous-mêmes n’est qu’une petite partie (bien qu’en général nous pensons en savoir tant), le reste est tout simplement impossible à interpréter pour nous. Je pense que c’est très important pour la compréhension de l’existence humaine : cet énorme „Inconnu“ est là et nous influence d’autant plus que nous y croyons. C’est vraiment fascinant. Et cela possède aussi un côté utopique : ce qui fera évoluer l'espèce humaine est pour l’instant une inconnue, mais peut déjà être interprété dans nos esprits comme une force progressive.


13) Comment la dark ambient a-t-elle évolué au cours de la dernière décennie ? Penses-tu que c’est une bonne chose que grâce aux ordinateurs et au net on voit de plus en plus d’artistes émergents ?

C’est à la fois bon et mauvais. Il y a vraiment trop d’artistes qui produisent des choses plutôt ennuyeuses, qui se répètent encore et encore. D’un autre côté, c’est une bonne chose que tout le monde s’essaie à quelque chose, c’est la concrétisation du „fais-le toi-même“. Mais c’est comme d’habitude, chacun doit décider de lui-même ce qu’il s’électionne, il y a tant de façons de découvrir des projets intéressants. Maintenant avec myspace il est même possible d’écouter un grand nombre de projets différents sans avoir à les acheter. C’est une bonne chose, mais la sélection deviendra beaucoup plus difficile.


14) Maintenant que presque tous les magazines papier traitant d’ambient/electro/indus ont disparu (mis à part quelques fanzines), penses-tu que c’est aux webzines de développer la communauté ? Il y a maintenant beaucoup de webzines qui ne publient que des reviews positives, qui ont l’air de textes promotionnels, juste pour récolter des CDs gratuits par les labels. Penses-tu que nous manquons de webzines honnêtes, qui peuvent également écrire des reviews négatives, même lorsqu’il s’agit de tes propres releases ?

Bien sûr, pour devenir plus sérieux les webzines se doivent décrire des reviews positives et des reviews plus critiques. Mais dans le domaine des zines papier il y avait également les bons et les mauvais. Le média a changé, mais pas l’approche.
Et je ne pense pas que les zines papier vont complètement périr. C’est agréable de prendre un bon magazine avec soi et de le consulter où tu veux. Beaucoup de gens restent assis devant leur PC tout la journée au travail, et durant leur temps libre ils devraient lire un magazine en ligne ? Je ne pense pas que ce soit encore la meilleure solution. Nous avons besoin de quelque chose de transportable.





15) Actuellement qui selon toi sont les meilleurs labels ambient ? Beaucoup de gens pensent que la nouvelle référence dark ambient est Cyclic Law, plutôt que Cold Meat Industry comme ce fut le cas auparavant, penses-tu la même chose ?

En effet, dans le domaine de la dark ambient Cyclic Law s’impose comme la nouvelle référence. Cold Meat a une approche globale différente, est plus néo classique ou orientée noise (and désormais même folk). Pour moi les meilleurs labels ambient doivent être Mystery Sea et Taalem, ils sont très petits et ne produisent que des CD-rs, mais de grande qualité, et font de la place pour les nouveaux artistes et les inconnus. Mais il y en a aussi tant d’autres, comme Afe Records etc...


16) L’Allemagne possède une grosse scène ambient/industrielle (la plus grosse d’Europe je pense), avec des labels comme Drone Records, Loki Foundation, Tesco Organisation, etc... Penses-tu que ce soit une conséquence directe de la scène électronique des années 70/80 avec de grands artistes comme Klaus Schulze, Tangerine Dream et toute la Berlin school, ou est-ce autre chose ?

Non, je ne pense pas qu’ici la scène soit si énorme, ou que tu puisses prendre Drone Records pour un „gros“ label, avec des éditions de 300 exemplaires de musique non commerciale. Et, à mon avis, cela n’a rien à voir avec la musique électronique allemande des années 70. Peut-être qu’un label comme Staubgold est influencé par cela, mais pas les labels industriels ou ambient/expérimetal.
Tout a commencé avec le mouvement industriel des années 1976/1977 et ses développements en des scènes post-industrielle, ambient expérimentale et drone. Quand j’ai lancé Drone Records, je n’étais pas du tout au fait de la musique électronique des années 70, je connaissais son existence sans qu’elle m’influence.


17) Comment sont perçus Drone Records et Troum dans les continents étrangers comme l’amérique, l’asie ou même l’afrique et l’océanie ?

Pas facile à dire mais je pense qu’il y a très très peu de fans ou d’auditeurs en Asie et en Australie, beaucoup plus en Amérique du Nord, et probablement aucun en Afrique. Je pense que 90% des auditeurs proviennent d’Europe (en comptant la Russie) et d’Amérique du Nord, mais j’espère que d’autres continents vont suivre oui !


18) As-tu déjà songé ou rêvé d’un festival Drone Records ? Est-ce que ce serait faisable en Allemagne ?

Ce n’est peut-être pas très connu, mais j’ai vraiment fait de petits festivals Drone Records au début des années 90 ! Ils étaient nommés „Drone-Extract“. Il y en a eu un à Emden (Allemagne) près de notre ville natale en Octobre 1993 avec SMALL CRUEL PARTY, MOHR, BEEQUEEN, MAEROR TRI et trois autres (1994-1996) avec (entre autres) FEINE TRINKERS BEI PINKELS DAHEIM, PARA-NOISE-TERMINAL, MAEROR TRI, NOISE-MAKER'S FIFES, VANCE ORCHESTRA, ULTRA MILKMAIDS, DAS ERDWERK. J’ai arrêté cela après le festival de 1996 car les pertes financières étaient trop élevées.


19) Parlons de „drones“ maintenant. Dans les années 90, drone était un terme utilisé pour l’ambient uniquement. De nos jours, beaucoup de groupes de métal font du „drone“ à base de guitares lourdes, comme Sunn o))), Nadja (avec Aidan Baker), Fear Falls Burning (alias Vidna Obmana), et même de la drone folk avec Ginnungagap et leur grand album „Remeindre“. Beaucoup de gens voient les drones comme les chants rituels des indiens d’amérique, un chant très lent et hypnotique transportant l’esprit dans un état second. As-tu le même sentiment ? Penses-tu que c’est une bonne chose que tant de styles de musique différents s’essaient à l’état d’esprit „drone“ ?

Oui, on dirait que le „Drone“ aussi bien en tant que genre qu’en tant qu’expérience pour un état d’esprit hors du commun est devenu plus populaire. Tant que ce n’est pas une mode idiot, je ne peux que l’accueillir avec joie. Un „drone“ est en effet un son très basique et ancien, je dirais que c’est plus qu’un „style“, c’est plutôt une entité ou une façon d’être. Cela peut conduire à des sentiments très existentiels de se noyer dans un drone.
Le drone reflète quelque chose d’éternel – il a toujours été là, et le sera toujours : la fréquence originelle de l’existence, le fait que „quelque chose est là“. Tout est construit à partir d’ondes de certaines fréquences, le Drone réflète cela d’une certaine manière.
Cela donne aussi de l’espace pour le psyché, comme un refuge acoustique. Un drone est plus que simplement de la musique, cela peut fonctionner à l’échelle micro ou macrocosmique, et te donner le sentiment que tout est uni, que toutes les choses ont un lien.





20) Que penses-tu des aristes „new age ambient“, qui utilisent aussi des drones, mais d’une manière plus douce, comme Oöphoi et son label Umbra Records, Klaus Wiese, ou Alio Die ? Te sens-tu proche d’eux d’une façon spirituelle ?

Oui j’aime beaucoup bon nombre de ces artistes même s’il y a une limite lorsque cela devient trop „new age“.


21) Pour nos lecteurs francophones, que sais-tu de la scène française ambient ? Je vois aussi un autre pays émergent dans le domaine de l’ambient/indus, la Pologne, avec d’excellents labels comme Beast of Prey ou Wrotycz. Les connais-tu ?

Oui évidemment, j’ai toujours été intéressé par la scène expérimentale de l’Est et de la Pologne. La Russie a également beaucoup de nouveaux artistes. Ce que je sais de la scène française ambient ? Je connais Taalem, le magazine Fear Drop, Nuit & Brouillard, depuis le début. Je pense avoir une bonne vision d’ensemble, mais tu ne peux jamais tout connaître.


22) As-tu un autre boulot que Troum et Drone Records, ou ta vie est-elle dédiée à la musique ? Beaucoup de patrons de labels et de musiciens (ou plutôt quasiment tous) dans la scène ambient ne peuvent vivre de leur musique et doivent travailler à côté. Penses-tu que cela ira en s’agravant, que ce sera de plus en plus dur de créer de la musique, lancer des labels, etc... ?

Depuis que j’ai fini mes études (en 2004) j’essaie de vivre de la mailorder Drone (qui est en fait ma seule activité lucrative). Avant j’ai eu beaucoup de jobs, d’études et j’ai dû exercer mes activités musicales ou diriger le label et la mailorder sur mon temps libre. C’est génial de pouvoir dédier sa vie à la musique uniquement et d’en vivre, mais pour beaucoup d’autres choses (j’ai d’autres centres d’intérêt que la musique) il ne me reste alors plus assez de temps comme pour :
- J’adore aller au cinéma et regarder des films français bizarres avec des filles français difficiles !
- J’aimerais beaucoup rédiger à nouveau des articles (en rapport avec mes études) sur la psychanalyse et la psychologie de la musique (expérimentale), mais il faut avoir beaucoup de temps pour ça
- Je vis à 300 mètres du stade de foot du Werder de Brême. Il est impossible de ne pas assister de temps en temps à un match ici !
- J’ai également été membre d’un choeur ici, avec Schlager comme répertoire et d’autres chansons étranges
- J’aime toujours prendre des drogues
- Et bien sûr j’adore voyager, tout particulièrement en Italie en ce moment, ou bien simplement sortir voir la nature et les végétaux pousser, les animaux marcher et voler.

Je pense que „tout de suite“ est toujours „le meilleur moment“ pour créer un label ou composer de la musique, si tu veux vraiment le faire, fais-le, et tu y parviendras (si tu ne jures pas que par l’argent ou le nombre de disques vendus). Essaie de ne pas appliquer les règles usuelles du capitalisme, et tu ne peux que gagner.





TROUM SECTION

1) After 10 years with Maeror Tri and 8 years as Troum, how do you feel about music ? Do you have the same passion, the same envy to compose and experiment ?

No, sadly its different. When you're young and experiment with sounds its so exciting, you discover great stuff almost each time.
And you think almost all noise you do is great, as its new to your ears.
Now the passion is still there, but it's so to say a more "defined" passion, we're much more self-critical and picky about our own stuff. But maybe its a logical and wanted development when you work with music on a bit more "professional" basis, you can not stand still.
Sound itself is still a "holy thing" - but thats's rather a question of consciousness & perception. You can find great sounds & moments in almost any acoustic phenomenon (in nature, man-made noises, music, etc.)


2) I think you were the first ones to create drone ambients with real instruments. How did you come up with that idea ? Was the idea to give a more organic feeling in ambient not using computers/electronics ?

Guess we were not the FIRST ones, but indeed in the "post-industrial" scene where we were somehow involved with, it was rarely seen. It wasn't a well thought-out idea, it was much more based on the conditions & circumstances we were set in. We didn't have much money to buy expensive electronic equipment, so we just experimented with a cheap radio-recorder and daily shit and scrap. And then you go from there, using "even instruments", or "even a sound-effect".
But there was (at first) no real concept behind it, it was more like: trying out some noise because you feel you have to do it.
And we even DID use synths at the very beginning when we could afford them, but after a while it got just boring and we sold them... so, as often in history, things "just happen" and if you look later on it it seems to "make sense" within the whole development.


3) According to you, what is your best achievement so far (which album, or maybe a live show) ?

Of course: Always the next project;) !
No, its rather hard to say, you grow older with your releases, when you put them out they are most important, then you develop and the works change again, too, also from the point you look back on them.
At the moment we would say that the brandnew album AIWS is our best work yet, last year it was the collaboration with MARTYN BATES " TO A CHILD DANCING IN THE WIND", in both projects we put lots of work and it took years to finish them.
From our earlier, more "dark" perspective it could be also RYNA or MNEMONIC INDUCTION, from the more "ecstatic" or rhythm-based perspective TJUKURRPA 3 or DARV ESH, from the emotional perspective surely TJUKURRPA 1 or SYMBIOSIS.
In general: To make good music with very poor equipment (and poor technical skills we have) is something that enlightens us;)
Best live shows: Warszawa 1999, Limoges 2001, Dublin 2003, Moscow 2006, Brainwaves-Festival (Boston) 2006.


4) When you compose an album or a track, is improvisation a big part of it ? Do you let the music invade you, or do you have specific ideas and pattern ?

It can be always different, but usually we work on phrases or little fragments we record first. Improvisation is not such a big part anymore (than it was years before). Usually we need a nice "baseline" (a guitar-melody, a nice drone or field-recording) and go from there.


5) Circle seems to take a big part in Troum philosophy, music and artworks. Where does that come from ? What kind of cultures/religions/mentalities fascinate you and influence you in your music ? Did you travel a lot to get such influences ?

The spiral (or circles) has so many different meanings in different cultures or religions, we don't relate to any specific meaning.
What fascinates us is that the spiral is a very basic and archaic symbol, it represents the ability to go "to the origin" of something.


6) According to you, who are the bests ambient artists nowadays ? Are there some you would like to collaborate with in the near future ?

We don't like rankings, they can never justify music or any piece of art. What I like personally (BarakaH) you can see in my Drone Records descriptions for the mailorder or simply in what I put out on Drone Records and Substantia Innominata ! For Martin its similar. We have many collaborations in the works or planned, with REUTOFF, AIDAN BAKER, CISFINITUM, URE THRALL, RAISON D'ETRE, its a way of working we like as we can go to new areas.


7) You perform a lot of live shows in Eastern Europe, why do you think there aren't as many ambient fans in Western Europe ? For example in France, we can hardly gather 100 people for a Inade concert, even though we have great ambient artists and labels here.

Maybe its because - after the downfall of the Berlin wall and the Soviet empire - people in East Europe are more open-minded towards "experimental" culture and expressions, as they need to define a new way to live and have to overcome the old, without accepting the turbo-capitalism of the so called "western cultures". In West Europe many people feel rather mistrustful when it comes to the term "experimental". Why experiment at all, they want to continue their save life. Yes it could be a question of feeling anxious towards "the new".


8) What are your plans for the future ? Do you have a new album coming ? Equation Records will be soon do a rerelease of "Sen" on vinyl, was it hard to agree to separate a 60 min tracks because of that ? Will you work on the tracks so the transitions will be smoother ?

We have just released a brandnew CD-album on our own label Transtgredient with the title AIWS. It's the first real full-length album since many years, and contains our favourite tracks from the last years, all recorded still in an analogue way (before our 8-track machine got totally damaged). So to say our "last analogue recordings".
Other releases are indeed the SEN re-release (as do-LP) on Equation, which we left in its original state (we want to show the music as it was when it came out), and a new 7" vinyl named NARGIS for VIVA HATE Records in Berlin.
This year (2007) should also see a collection CD of early compilation material on SMALL VOICES (named SYMBALLEIN), and the re-release of the 10"vinyls LJUBIMAYA and DAUR on ABGURD.
AND we are currently working on a full album for BETA-LACTAM RING RECORDS and hope to finish it soon, too... title is not clear yet.


9) Even though you became a reference in the dark ambient fields, there aren't many bands that do drone ambient with guitars like you do, whereas you can find tons of Lustmord and Raison D'être clones. How do you explain that ? Is that because it's harder to compose like you do than using computers and electronic devices ?

Yes, maybe people think that guitars are somehow more restricted (which is not really the case). We rather think that using a sampler or synth restricts the possibilities, as you can usually hear that someone used a sampler.
Surely it's also because we always listened to more "guitar-based" music when we were young, and not so much pure electronic stuff.




DRONE RECORDS SECTION


10) Let's start some questions about Drone Records now. How did you come up with the 7" only idea ? Was the goal to promote new and unknown artists first in a short lenght format ? How do you choose Drone Records artists ? Do you always meet them face to face ?

No, many of the artist I have never met face to face, obviously, as they come from around the world. Which means the label is also based on mail-art and tape-exchange ideas, it's an absolutely non-regional project.
I always loved vinyl and the 7"-format and thought its a great format to explore something new indeed. To play a 7" can be almost like a ritual.
To be chosen as artist for Drone, I would emphasize the following points: Emotionally striking music, not running on clichees and well-known sounds, a good concept of the whole project (name, titles, philosphy behind it), a small "own universe" so to say!


11) Do you think vinyl still sounds better than CDs ? Besides, thanks to elaborate packagings and colored vinyls, do you believe it's a start to struggle against downloading and peer to peer ? Do you think p2p is harmful for underground music labels ? Or is it a great thing to create a community of people that will ultimately buy the music they download ?

Yes, I still think vinyl sounds better than CDs. The basics haven't changed, a CD sounds more "sterile", the different sound-layers of a musical piece are rather isolated than building a "whole". For some musical styles it can be an advantage though.
I don't think that in the experimental underground there's a real struggle against downloading music. It's such a small scene (but global), and many listeners want the whole product with special packaging, seeing it more as a piece of art.
I think it's even good that some experimental music can spread wider through free downloading, the main thing is for me that this music that is so different from the standard stuff will get more listeners.
It's very existential music so to say, or as I name it "non-entertaining", it doesn't function like usual Pop- or Rock-music that sets you in a superficially good mood or gives you a nice background for drinking or working or whatever.
I think more listeners would be able to explore the deep experiences you can have with "pure" sounds and music like Drones.
There will always be collectors who buy the handmade packages, etc.. so seen as a whole the internet is not harmful at all for underground music, it's rather a blessing, makes networking easier and the access to the music.....


12) Drone Records has become a reference in Drone Ambient field, did you think it would be that way when you started it ? Do you plan on releasing full albums, and not just Troum ones, maybe in 2xLPs format ?

No, I really didn't expect that kind of "success" for Drone Records, though I'm aware it's still a tiny scene compared to any other "style". But indeed, when I started with the label early 1993 the notion "Drone" wasn't very common or often used in descriptions, even in the exerimental scene (what was used more often was the term "ambient industrial"). This has really changed, it seems everyone with an interest in the more specialized music uses the word "Drone" these days and knows what it means.
I have no plans to release full vinyl-albums yet, but mainly of time-restrictions. Maybe it will change one day.
But I started (end of 2005) a 10"-vinyl (sub)-label named SUBSTANTIA INNOMINATA, which has a totally different concept as DRONE, but is really dedicated to the 10"-format which I also love (indeed, I love all three main vinyl-formats; eh eh )
SUBSTANTIA INNOMINATA lies its attention more on the "content", but in a paradox way: The artists that are doing the music & art for this series are asked to work about the "Unknown" or "Undefinable", whatever that means for them.
What we as humans know of the world and ourselves is only a small part (though we usually think we know so much), the most part is simply not recognizable for us. I think this is very striking and important for the understanding of the human existence, this whole huge "Unknown" is there and influences us more as we believe. It's really fascinating. And it also has an utopian side, whatever will happen to develop the human race, at the moment it is unknown to us, but it can be already based in our minds as a progressive force.


13) How did dark ambient evolve through the last decade ? Do you think it's a good thing that thanks to computers and the internet we can see more and more new artists emerging ?

It's good and bad at the same time. There are definitely too many artists around that produce rather boring or chlichee-like stuff, that repeats itself over and over again. On the other hand it's good that everyone can try out to do something, it's the realiziation of the DIY-ideal. But it's basically like always: Everone has to decide on his own what he/she selects, there are many ways to find out about interesting acts. Now with myspace its possible also to listen to all different kind of projects before you buy something. It's good, but the selection won't become easier.


14) Now that almosts paper magazines about ambient/electro/indus has disappeared (except a few fanzines), do you think it's up to the webzines to develop the community ? There are now a lot of webzines that do only good reviews, that look like promo texts, just to have more and more free CDs from labels. Do you think we lack honnest webzines, that can also write bad reviews, even when it's your own releases ?

Of course, to become more serious the webzines should write good and cricital reviews. But in the area of paper-magazines there were also good and bad ones. The media has changed but not the approach.
And I don't think the paper-magazines will completely die out. It's so comfortable to take a nice magazine with you and read it whereever you want. Many people sit in front of the computer all day, and then in their free time they should read a magazine also online? I don't think this is the best solution yet. We need something portable.


15) Currently what do you think are the best ambient labels (with yours :p) nowadays ? A lot of people think that the reference in dark ambient is now Cyclic Law from Canada, instead of Cold Meat Industry as it used to be, do you feel the same way ?

Indeed, in the dark ambient realm CYCLIC LAW is setting new standards. COLD MEAT as a whole has a different approach, is much more neo-classic & noise-oriented (and nowadays even folk). For me personally the best ambient-labels of all times must be MYSTERY SEA and TAALEM, they are very small and only produce CDrs, but with a high-standard, and they give room to new and unknown acts. But there are so many more great ones, like AFE RECORDS, and many others...


16) Germany has a big ambient/industrial scene (the biggest in Europe I think), with big labels such as Drone Records, Loki Foundation, Tesco Organisation etc... Do you think it's a direct consequence of the 70's/80's electronic scene with great artists such as Klaus Schulze, Tangerine Dream, and all the Berlin School, or is it something else ?

No, I really don't think that the scene here is "big" or that you can call Drone Records a "big label", with editions of 300 copies its absolute outsider-music still. And it all, in my perspective, has absolute nothing to do with 70's german electronic music. Maybe a label like STAUBGOLD is influenced by this, but not the industrial or experimental ambient-labels.
It all started with the Industrial-movement 1976/1977 and its further developments into post-industrial and experimental ambient and drone stuff, when i started Drone I wasn't very aware of any 70's electronic music, of course I knew it existed but it wasn't really an influence.


17) How is Drone Records (and Troum) seen in foreign continents such as america, asia or even africa and oceania ?

Not easy to say but I think there are only very very few listeners or fans in Asia and Australia, much more in North-America, and probably almost none in Africa. I think 90% of the listeners come from Europe (counting Russia as european country) & North-America, but I hope "other continents will follow" (yeah!).


18) Did you ever thought or dreamed about doing a Drone Records festival ? Is that something that would be doable in Germany ?
It is maybe not very known but I indeed DID small Drone Records-festivals in the early 90's !! They were named "Drone-Extract". There was one in Emden (Germany) near our hometown in October 1993 with SMALL CRUEL PARTY, MOHR, BEEQUEEN, MAEROR TRI, and three other ones (1994-1996) with (amongst others) FEINE TRINKERS BEI PINKELS DAHEIM, PARA-NOISE-TERMINAL, MAEROR TRI, NOISE-MAKER'S FIFES, VANCE ORCHESTRA, ULTRA MILKMAIDS, DAS ERDWERK. I stopped this series after the festival in 1996 as the losses were too high.


19) Let's talk about "drones" now. In the 90's, drones were a term used for ambient only. Nowadays, we have a lot of metal bands doing "drone" with heavy guitars, such as Sunn o))), Nadja (with Aidan Baker), Fear Falls Burning (aka Vidna Obmana), and even "folk drones" with Ginnungagap and their great album "Remeindre". A lot of people see drones as the singing performed by native americans, a hypnotic and very low chant taking your mind in a second state. Do you have the same feeling about drones ? Do you think it's great that a lot of different music styles now also try to create the "drone state of mind" ?

Yes, it seems that "Drone" as a style but also as a way of experiencing at special mind-state has become more popular. As long as its not a stupid "fashion", I can only welcome that. A "Drone" is indeed a very archaic and basic sound, I would say it is even more than just a "style", it's rather an entity or a "way of being". It can give you very existential feelings if you drown into a drone.
The Drone reflects something eternal - it was always there, and it will always be there: the basic frequency of existence, the fact that "something is there". Everything is build on certain frequency-waves, and the Drone somehow reflects that.
It also gives space for the psychic mind, like an acoustic shelter. A Drone is more than "just music", it can work on an micro- and macro-cosmic level, and give you the basic feeling that everthing is one, that all things are linked together.


20) What do you think of "new age ambient" artists, that also use drones, but in a softer way, such as Oöphoi, and his label Umbra Records, Klaus Wiese, or Alio Die and his ambient works ? Do you feel close to them in a matter of spiritual thoughts ?

Yes I like many of these works very much though there is a border when it becomes "too new agey" in a way.


21) For our french readers, what do you know about the french ambient scene ? I also see another country evolving in the ambient/industrial scene, Poland, with great labels such as Beast of Prey and Wrotycz (who just released a great tribute to Zdzislaw Beksinski). Have you heard about those labels ?

Yes sure, I was always interested especially in the polish and and east-european experimental scene. Also Russia has quite many good new artists these days. What do I know about the french ambient scene? I know TAALEM, I know the FEAR DROP-mag, NUIT ET BROUILLARD, all from the very beginning. I think I have a good overview, but you never can know everything.


22) Do you have another job besides Troum and Drone Records or is your life dedicated to music ? A lot of labels owners and musicians (actually almost everybody) in ambient scene can't live on their music and have to work aside. Do you think it will be harder and harder to create music, start labels etc... ?

Since I finished my studies (in 2004) I try to live alone from the Drone-mailorder (thats in fact the only of my activity that earns money). Before that, I had many jobs / and studied and had to do all musical activites and the label & mailorder in the spare time. It's great to dedicate the "life" to music alone and live from it, but for many other things then (I do not only interest myself in music) there's almost no time left, for example:
- I like go to cinema very much and watch crazy french films with difficult french girls!
- I would love to write articles again (like my diploma-work) on the psychoanalysis and psychology of (experimental) music, but you need so much time for it
- I live 300 metres beeline from the big football-stadium of Werder Bremen. It's impossible not to watch football games from time to time here!
- I even was member of a choir here, covering Schlager- and other strange songs.
- I still like taking drugs man
- and of course, I love travelling to different countries, especially Italy at the moment, or just go out to nature and see the plants grow and animals walking & flying around. yeah.

I think "JUST NOW" is always "the best time" to create a label or do music, if you really want it, just do it, and you will be successfull (if you don't judge it only by finances or the amount of records you sell). Try to NOT submit to the usual rules of capitalism, and you can only WIN.
trait

verbe
12:25 julian : avec le prochain, ce sera un wordpress, j'ai plus le temps pour ça
12:25 julian : et avec celui là je voulais me faire plaisir à coder tout mon CMS moi même
12:15 julian : On est d'accord :) J'aime aussi beaucoup ce style oldschool, mais on doit être les seuls, il faudra que ça évolue
01:54 MuseTerria : parcontre niveau référencement c'est ptet pas le top...
01:53 MuseTerria : j'aime bien le style old school du site moi :)
13:02 julian : Je réfléchie toujours à une refonte complète du site, sous forme de wordpress cette fois-ci, mais il me faudrait des chroniqueurs, c'est toujours ça le problème ;)
13:01 julian : Punaise, je ne m'attendais pas à une réponse :p
20:24 MuseTerria : A quand une nouvelle chro ? xD
20:24 MuseTerria : still alive but un peu zombie :)
14:51 julian : test 5 ans après .. toujours vivant ? :)
18:54 julian : La shoutbox fonctionne toujours ;)
18:52 julian : test
18:32 Lord Séba : bonjour à toutes et à tous... Et hop on pousse les portes du Brokendoll !
16:19 julian : Bienvenue à Julius Evola dans l'équipe ! En espérant que d'autres nous rejoindront
trait [log de discussion]
Vous devez être identifié pour poster.
trait
Reproduction partielle ou integrale interdite sans l'autorisation du webmaster
Brokendolls.org © 2006
trait